Hold-Up, le documentaire choc. Informations complémentaires. (2e partie)

Faisant suite à la première vérification d’information suite à la sortie du documentaire Hold-Up. Voilà d’autres informations passées au peigne fin.

  • Est-ce que le profil des décès est le même que celui des morts naturelles ?

En explorant la situation française, il apparaît ces faits:

  • L’âge médian de la mortalité du covid en France, à l’hôpital, est de 81 ans (source).
  • L’espérance de vie en France en 2019 est de 79.8 ans pour les hommes, 85.7 pour les femmes (source).

59% des morts étaient des hommes (source).

En tentant un calcul (douteux considérant mon niveau face un tel calcul), je parviens à une espérance de vie moyenne de 82.2 ans en prenant en compte la précédente proportion d’hommes.

L’affirmation donc que le profil, en terme d’âge, des décès du covid est similaire à celui des morts naturelles est tout à fait exact, puisqu’il y a 1.2 ans de différence seulement !

En toute transparence, sans appliquer le pourcentage et mon calcul, la moyenne, genres confondus, serait de 82.75. Ce qui ne change guère la donne.
Il faut également noter que le chiffre précédent ne concerne que les décès dans les hôpitaux, pas dans les EHPAD. Ceux-ci représentent toutefois 30% des décès. Hors on peut aisément imaginer que les personnes en EHPAD auraient tendance à faire remonter cet âge médian au delà de 81 ans…

  • Les tests PCR ne seraient pas fiable ?

C’est un sujet maintes fois traité, et ici même. Les articles taggés “Test PCR” traitent du sujet.

En particulier, ces 3 articles expliquent précisément le problème:


  • Est-ce normal de voir la mortalité augmenter à l’arrivée de l’hiver ?

Pour avoir la réponse, il suffit d’aller voir les statistiques données par l’Insee sur la mortalité mensualisée.

Insee – Démographie – Taux de mortalité mensuel, annualisé

Les données remontent à 1994, mais en regardant simplement depuis 2015, on peut noter une augmentation de la mortalité selon un schéma récurrent qui démarre en septembre/octobre pour se terminer en avril de l’année suivante.
L’année 2020 ne déroge pas au schéma, avec une augmentation de la mortalité depuis depuis fin septembre, qui se poursuit aujourd’hui.


  • Il est indiqué sur les boites de masques chirurgicaux que ça ne protège pas des infections ?

Je n’en ai jamais acheté, ni porté…
Toutefois, l’image passe un peu rapidement, mais il est effectivement noté:

This mask does not eliminate the risk of contracting any disease or infection.

Ce qui signifie: “Ce masque n’élimine pas le risque de contracter une maladie ou une infection.”


  • “Les dégâts du masque selon l’OMS”

Durant le documentaire, on peut voir Alexandra Henrion-Caude lire ce qui serait les inconvénients du port du masque selon l’OMS.
Elle lit simplement la fin de la page 9 du document officiel de l’OMS sur les conseils sur le port du masque.

Le document en question est disponible ici: OMS.


  • Pas de grippe en 2020 ?

On peut lire l’article de Libération cité dans le documentaire.
Libération – La grippe a-t-elle fait 70 morts cet hiver comme l’a dit France 2, ou plusieurs milliers?
Qui ne répond pas à la question qu’il pose…
Premièrement on remarquera que l’information était de l’AFP, réputée fiable.
On peut toutefois noter dans la conclusion.

Or, s’il y avait bien une surmortalité lors de la saison 2018-2019, il n’y en a pas cet hiver à ce stade, nous explique l’agence.

Libération

L’article est daté du 12 mars, et donc pas de surmortalité à ce stade.
Il faudra attendre octobre 2020 pour avoir la réponse finale.
Santé Publique France annonce finalement que la grippe 2019-2020 à fait 3700 morts, entre la semaine 3 (13 au 19 janvier) et la semaine 11 (9 au 15 mars) de l’année 2020 (source).

Au 12 mars, il n’y avait pas de surmortalité, au 15 mars, il y avait 3700 morts de la grippe…

La grippe 2018-2019 à fait 8100 morts, et ça s’était vu, la grippe 2019-2020 en à fait la moitié sans que personne ne le remarque.

Un autre point surprenant, l’épidémie de grippe 2019-2020 s’est arrêté la semaine précédant le confinement en France et la saturation des hôpitaux.

Finalement, il y aurait eu une épidémie de grippe cette année, qui est passée inaperçue, mais qui finalement étaient quand même là. Et l’information arrive en octobre.


  • Les médecins pourraient facturé une consultation plus cher si c’est une consultation covid ?

L’information n’est pas nouvelle, le Pr Perronne l’avait déjà dit sur SudRadio, ce qui avait provoqué une polémique. On trouve aisément des sites reconnus qui dénoncent ce mensonge.

Et pourtant… L’information est officielle et accessible à tous sur le site de la sécurité sociale…
Traitée il y a seulement 4 jours sur ce blog: Rémunération des médecins pour les déclarations de cas covid ?


  • En serait-il de même pour les hôpitaux ?

C’est là encore le Pr Perronne qui avait soulevé ce point, lors de la même intervention.

Le sujet est toutefois beaucoup plus délicat et rien ne permet de prouver cette assertion.

La facturation des actes médicaux en hôpital dépend du codage des actes. On trouve une explication, vulgarisée mais encore complexe, sur le site vocabulaire-medical.fr.

On sait également que le covid dispose de code spécifique, U08.9, U09.9 et U10.9 (source). Ils remplacent les codes temporaires U07.01 et U07.10 à U07.15 mis en place en février.

Ce que je ne parviens pas à déterminer à ce point est la valorisation de ces codes et donc la facturation associée.
Ce point n’est donc ni confirmé ni infirmé, nous savons juste que la cotation covid permet une facturation prenant en compte la maladie.


La suite au prochain article, ce n’est pas terminé…
La suite est disponible ici : Hold-Up, le documentaire choc. Informations complémentaires. (3e partie)

Related Posts

5 thoughts on “Hold-Up, le documentaire choc. Informations complémentaires. (2e partie)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *