Hold-Up, le documentaire choc. Informations complémentaires. (7e partie)

La suite des 6 premiers articles publiés suite à la sortie du documentaire Hold-Up. On arrive au bout, mais il y a encore des informations à vérifier.

  • Un taux de mortalité entre 0.3 et 0.5% ?

André Comte-Sponville se mélange un peu les pinceaux en parlant de taux de mortalité et de taux de létalité. Si il est probable que le taux de létalité était de 0.3% à 0.5% début septembre. Il est intéressant d’étudier la question précisément.

Tout d’abord, il convient de faire la différence entre le taux de mortalité et le taux de létalité.

Le taux de mortalité est le nombre de mort sur la population générale. C’est une indication globale de l’impact de la maladie sur la population générale.

Le taux de létalité est le nombre de mort sur la population infectée. C’est donc une mesure de la mortalité de la maladie pour ceux qui l’ont contracté.

Qu’en est-il de la peste ?
Puisque c’est la comparaison proposée par André Comte-Sponville, voyons ça.
La peste noire, lors de l’épidémie du 14e siècle, est considérée comme ayant un taux de mortalité entre 30% et 50% de la population européenne. Et un taux de létalité de 100%.

Donc, la peste était mortelle pour tout ceux qui la contractait et a tué près de la moitié de la population.

Qu’en est-il du covid-19 ?
Si on se réfère aux chiffres actuels (17 novembre), nous en somme à 46 273 morts, 2 036 755 personnes infectées et 67 848 156 de Français.

Le taux de létalité se calcule donc de la manière suivante:
Nombre de morts / nombre de personnes infectées * 100
46 273 / 2 036 755 * 100 = 2.27%

Et le taux de mortalité de la manière suivante:
Nombre de morts / ensemble de la population * 100
46 273 / 67 848 156 * 100 = 0.07%

La conclusion est donc que pour une personne infectée par le covid-19, il y a 97.73% de chance de survivre. Contre 0% pour la peste…
Puisque le taux de létalité du covid est de 2.27%.

Et pour l’ensemble de la population française, le taux de mortalité est de 0.07%, contre 30 à 50% pour la peste.
Dit autrement, 99.93% des français ont survécu à la pandémie de covid à ce jour.

Nous pouvons remettre en perspective les propos de Jérôme Salomon qui avait comparé le covid à la peste noire.

Pour avoir une vision globale, les chiffres d’aujourd’hui nous donnent pour le monde entier. 1 341 654 morts, 55 867 962 personnes infectées et 7,8 milliards d’êtres humains.

Soit un taux de létalité mondial de 2.4%.
Et un taux de mortalité mondial de 0.02%.


  • Des enfants traumatisés en raison du covid ?

Difficile pour le moment de trouver des informations, une étude du CHU de Toulouse a démarrer en mai. Elle n’est pas terminée mais présente déjà quelques résultats.

20 minutes – Coronavirus : Le confinement plus traumatisant qu’il n’y paraît pour les enfants selon les premiers résultats d’une étude

Le quotidien du medecin – Comment vont les enfants à la sortie du confinement ? L’hôpital de Toulouse lance l’étude E-Cocoon

On trouve également des articles anglais et américain sur le sujet.

Pour les articles qui ne sont pas en français, vous pouvez utiliser DeepL pour traduire le texte en français.

huffpost – How To Spot Signs Of Trauma In Children During COVID-19

Mental Health Foundation – Impacts of lockdown on the mental health of children and young people


  • Le gouvernement a-t-il vraiment dit qu’il ne fallait pas aller voir son médecin traitant en cas de symptôme ?

Internet a très bonne mémoire, grâce notamment à la Wayback Machine de L’internet Archive.
Celle-ci nous permet de constater que le discours du gouvernement est resté le même jusqu’au 16 mars, soit la veille du confinement. Le message était le suivant:

Contactez le Samu Centre 15
Ne vous rendez pas chez votre médecin traitant

gouvernement.fr

C’est seulement le 16 mars au matin que le discours change pour:

j’appelle un médecin avant de me rendre à son cabinet

gouvernement.fr

Donc, jusqu’à la veille du confinement, le gouvernement a demandé à la population de ne pas aller voir son médecin en cas de symptôme mais d’appeler plutôt le 15.

Les hôpitaux sont débordés, les services de réanimations sont submergés.
Donc ils ont tout fait pour que ça arrive ?
Ils ont tout fait pour que ça arrive.

Dr Claire Delval répond au journaliste.

Il sera utile de se rappeler que la grippe aurait sévit du 13 janvier au 15 mars selon Santé Publique France (comme indiqué précédemment). Donc durant la période où le gouvernement demandait à la population de ne pas aller voir son médecin en cas de “fièvre ou sensation de fièvre, toux, difficultés respiratoires”.


  • Madagascar conseille à ses citoyens le Covid-Organics pour se prémunir du virus ?

Comme on peut le voir sur l’extrait, le président du Madagascar met un avant un remède appelé Covid-Organics.
Le remède est critiqué, car son efficacité n’est pas prouvée scientifiquement.

jeune afrique – Madagascar : le Covid-Organics de Rajoelina ne fait (toujours) pas de miracles

Néanmoins, le remède a d’ores et déjà été exporté dans plusieurs pays d’Afrique.

Reuters – Madagascar coronavirus herbal mix draws demand from across Africa despite WHO misgivings

Si Madagascar accuse 250 décès de la maladie, cela représente en réalité un nombre de morts pour 100 000 habitants de 0.95/100k. Loin derrière la France avec notre 67.36/100k (source).
Cela reste toutefois proche de son voisin le Mozambique qui affiche 0.39/100k.

La situation étant très différente sur le continent africain, il serait difficile d’en tirer des conclusions.
On peut toutefois s’interroger sur la volonté de réfuter un médicament qui pourrait peut-être être efficace. D’autant plus en considérant que l’Afrique est un des continents les moins frappé par la pandémie (source).


  • Le tweet épinglé d’Olivier Véran est-t-il un fake ?

Le 31 octobre, Olivier Véran a fait un tweet annonçant

1 malade toutes les 2 sec.
1 hospitalisation toutes les 30 sec.
1 mort toutes les 4 mins.

Olivier Véran

Les chiffres du 31 octobre sont disponible sur Santé Publique France.

  • 35 641 cas confirmés.
  • 2507 admissions en réanimation.
  • 224 décès.

Si il est clair qu’il faut faire la distinction entre malades et cas confirmés, les chiffres en eux même sont approximativement justes.

  • 1 malade cas confirmé toutes les 2.4 secondes.
  • 1 admission en réanimation toutes les 34 secondes.
  • 1 mort toutes les 6.4 minutes. (Un mort toutes les 4 minutes aurait fait 360 morts sur la journée, une surestimation de 60%.)

On rappellera également que le 31 octobre, d’après l’insee, il y a eu 1957 morts, toutes causes confondues, soit 1 mort toutes les 44 secondes.


  • Des médicaments responsable de centaines de milliers de morts en Amérique ?

Peter C. Gøtzsche annonce 200 000 morts par an en raison des médicaments en Amérique.
Il est difficile de corroborer ce chiffre, mais on peut affirmer qu’en 2017, les médicaments à base d’opioïdes ont tué 47000 personnes aux États-Unis (source).

Cette épidémie des opioïdes est devenue une urgence de santé publique aux États-Unis en raison de sa gravité.

Libération – Les États-Unis minés par la crise sanitaire de l’Oxycontin


  • Monique Pinçon-Charlot parle d’une 3e guerre mondiale, des riches contre les pauvres.

Si on peut reconnaître l’usage maladroit du mot “Holocauste” (à ne pas confondre avec “holocauste”, sans majuscule), il est surprenant que Monique Pinçon-Charlot souhaite se désolidariser des propos retenus par le documentaire (source).

Pour moi on est dans la 3e guerre mondiale. […] c’est une guerre de classe que les plus riches mènent contre les pauvres.

Monique Pinçon-Charlot

Cette notion de guerre de classe des riches contre les pauvres n’est pourtant ni nouvelle, ni sortie de son contexte. C’est un sujet qui a déjà été évoqué par Monique Pinçon-Charlot.

Michel Pinçon, Monique Pinçon-Charlot, La violence des riches. Chronique d’une immense casse sociale

Monique Pinçon-Charlot/Michel Pinçon : De la lutte des classes à la guerre des classes

Le référence à Warren Buffett et les riches gagnant la guerre peut-être retrouvée dans les propres mots du milliardaire.
La vidéo est en anglais, mais il est possible d’avoir des sous-titres en français.
Buffett: ‘The extreme rich are clearly winning’


  • Un système financier totalement intégré à la technologie, le transhumanisme, la technocratie, une dictature mondiale. Notre avenir ?

Pinacle du complotisme ?
Voyons les faits…

  • Un système financier totalement intégré à la technologie ?

Basée sur le concept des cryptomonnaies, la monnaie numérique de banque centrale (CBDC) reprend l’idée d’une monnaie complètement dématérialisée, mais en remettant les banques au centre du dispositif.
C’était pourtant là le principe moteur de la cryptomonnaie, se libérer de l’emprise des banques.

Alors que TIME, membre du World Economic Forum, nous explique que les cryptomonnaies seraient idéales pour aider les citoyens vivant dans des pays autoritaristes.

TIME – Why Bitcoin Matters for Freedom

Le World Economic Forum lui même explique que la monnaie numérique de banque centrale est une solution d’avenir.

World Economic Forum – Why it’s time to take central banks’ digital currencies seriously

  • Le transhumanisme ?

Le transhumanisme est un mouvement culturel et intellectuel international prônant l’usage des sciences et des techniques afin d’améliorer la condition humaine notamment par l’augmentation des capacités physiques et mentales des êtres humains.

Wikipedia

Durant le documentaire, nous avons déjà vu l’institut Berggruen qui promeut le transhumanisme en le surnommant transformation de l’humain.

Le World Economic Forum n’est pas en reste avec les cinq choses à savoir sur l’avenir de l’être humain pour qui voudrait éviter d’être pris dans une division sociale entre “améliorés” et “non-améliorés”.

  • Technocratie vs démocratie ?

Une technocratie, qu’est-ce que c’est ?
D’après Wikipedia, une technocratie, au sens littéral du terme est

une forme de gouvernement où la place des experts techniques et de leurs méthodes est centrale dans les prises de décision

Une autre forme de technocratie, qui usurpe le terme, est la forme de gouvernement formée par une corpocratie d’entreprises à la pointe de la technologie.
Ce sont les gouvernements habituels du mouvement de science-fiction cyberpunk.

Le cyberpunk brosse un portrait sinistre et noir du monde qui serait alors entièrement dominé par des programmes informatiques et où les multinationales ont, pour la plupart, remplacé toute forme de gouvernement.

Wikipedia

Le cyberpunk est un genre de la science-fiction, ce n’est pas la réalité.

The apparatus of democracy needs to be updated for the 21st century in order to preserve democratic values and the rule of law. Technology and globalization have driven significant changes in society and the economy, which are not reflected in our institutions. Our challenges are global, but government is national or local. Power is increasingly in networks, but our institutions are still islands of hierarchy. As technology has created opportunities for connection and participation, social and cultural expectations have shifted in this direction, but our institutions have been slow to adopt new models for engagement. Institutions must operate with the transparency and responsiveness that citizens have come to expect while also proving competent to govern.

L’appareil de la démocratie doit être mis à jour pour le 21e siècle afin de préserver les valeurs démocratiques et l’État de droit. La technologie et la mondialisation ont entraîné des changements importants dans la société et l’économie, qui ne se reflètent pas dans nos institutions. Nos défis sont mondiaux, mais le gouvernement est national ou local. Le pouvoir se fait de plus en plus en réseaux, mais nos institutions restent des îlots de hiérarchie. La technologie ayant créé des possibilités de connexion et de participation, les attentes sociales et culturelles ont évolué dans ce sens, mais nos institutions ont été lentes à adopter de nouveaux modèles d’engagement. Les institutions doivent fonctionner avec la transparence et la réactivité que les citoyens en sont venus à attendre, tout en se montrant compétentes pour gouverner.

Berggruen Institute – The Futur of Democracy

Ce passage en revanche est issue de l’Institut Berggruen, si les mots sont bien choisis, il n’en demeure pas moins que nos institutions serait donc trop nationales, trop hiérarchiques et trop lentes à adopter les nouveaux modèles. Toujours en retard face à la technologie qui ne cesse d’avancer et d’apporter des innovations que les citoyens attendent.

Du coté du World Economic Forum, le concept est nommé “4e révolution industrielle”.

The Fourth Industrial Revolution can be described as the advent of “cyber-physical systems” involving entirely new capabilities for people and machines. While these capabilities are reliant on the technologies and infrastructure of the Third Industrial Revolution, the Fourth Industrial Revolution represents entirely new ways in which technology becomes embedded within societies and even our human bodies. Examples include genome editing, new forms of machine intelligence, breakthrough materials and approaches to governance that rely on cryptographic methods such as the blockchain.

La quatrième révolution industrielle peut être décrite comme l’avènement de “systèmes cyber-physiques” impliquant des capacités entièrement nouvelles pour les personnes et les machines. Alors que ces capacités dépendent des technologies et de l’infrastructure de la troisième révolution industrielle, la quatrième révolution industrielle représente des moyens entièrement nouveaux par lesquels la technologie s’intègre dans les sociétés et même dans nos corps humains. Parmi les exemples, citons l’édition du génome, les nouvelles formes d’intelligence artificielle, les matériaux de pointe et les approches de la gouvernance qui reposent sur des méthodes cryptographiques telles que la chaîne de blocage.

World Economic Forum

C’est subtil et la lecture des différents articles du WEF sur la 4e révolution industrielle sont intéressant. On y retrouvera toujours la notion d’égalité et de bonheur pour l’ensemble de la population.

On peut aussi lire, sur le même article.

Every period of upheaval has winners and losers. And the technologies and systems involved in this latest revolution mean that individuals and groups could win – or lose – a lot. As Schwab says: “There has never been a time of greater promise, or one of greater potential peril.”

Chaque période de bouleversement a ses gagnants et ses perdants. Et les technologies et les systèmes impliqués dans cette dernière révolution signifient que les individus et les groupes pourraient gagner – ou perdre – beaucoup. Comme le dit Schwab : “Il n’y a jamais eu de période plus prometteuse, ni de plus grand danger potentiel”.

World Economic Forum

Une question ne trouve pas de réponse toutefois dans toutes ces présentations d’un avenir radieux.

Qui contrôle la technologie ?

En effet, qui détient les capitaux permettant de choisir la direction de la technologie ? Qui décide de la moralité de la technologie ? Qui dispose d’ores et déjà de la puissance nécessaire pour imposer aux états eux-même ?

  • Une dictature mondiale ?

Parler de dictature est évidemment s’avancer sur une vision personnelle, et pessimiste.
On peut en revanche s’interroger sur l’éventualité d’un gouverment mondial.

Du côté de l’Institut Berggruen, on ne parle pas de gouvernement mondial, mais de

convergence of interests to forge a global community of interests.

convergence d’intérêts pour forger une communauté mondiale d’intérêts.

Institut Berggruen

Du côté du World Economic Forum, sans évoquer directement un gouvernement mondial, on constatera

failure of global governance and leadership

l’échec de la gouvernance et du leadership mondial

World Economic Forum

Et on parlera de

revitalizing global cooperation

revitaliser la coopération mondiale

World Economic Forum

Ajoutons Jacques Attali, membre de l’Institut Berggruen, qui souhaite la mise en place “d’un véritable gouvernement mondial“.

Un gouvernement mondial n’est pas nécessairement une dictature toutefois.

Mais si on mélange le tout, une technocracie mondiale qui gouverne des humains, modifiés par les entreprises qui les gouvernent, avec comme seul moyen de paiement une monnaie controllée par les mêmes entreprises.
Celles-là même se retrouve alors avec un contrôle absolu, tant dans les moyens d’échanges inter-individus que dans les faits et gestes de ceux-ci.

Vous pouvez explorer les articles taggés Great Reset pour en lire d’avantage à ce sujet.


Cet série d’article pour décrypter le documentaire Hold-Up approche de la fin, j’espère la terminer avec le 8e article. Suite et fin de cette série d’articles: Hold-Up, le documentaire choc. Informations complémentaires. (8e partie)

Related Posts

4 thoughts on “Hold-Up, le documentaire choc. Informations complémentaires. (7e partie)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *