Hold-Up, le documentaire choc. Informations complémentaires. (8e partie)

Pour terminer après les 7 articles publiés suite à la sortie du documentaire Hold-Up. La dernière fournée d’informations vérifiées.

  • Courrier de Sanofi à Olivier Véran

Le courrier de Sanofi est disponible sur le site de l’IHU Méditerranée Infection.

Sanofi se fonde sur les articles L. 1121-1 et R.4127-8 du code de la santé publique.

Caducee.net propose une analyse, très neutre, de la situation.
Sanofi refuse d’honorer les commandes d’hydroxychloroquine du Pr Raoult

Et explique, avec un peu plus de détails, la réaction du Pr Didier Raoult.
Hydroxychloroquine : le Pr Raoult assigne l’ANSM et son directeur devant les tribunaux


  • Les vaccins à ARN change l’ADN et peut se transmettre à la descendance ?

Il y a manifestement confusion entre les vaccins à ARN et les vaccins à ADN.

Le vaccin à ADN, dont il n’est pas question pour le covid à ce jour, présente un risque, considéré minime, d’intégration dans l’ADN de l’hôte (source).

Le vaccin à ARN utilise un autre mécanisme.
L’ARN messager est intégré par les cellules comme une recette supplémentaire pour fabriquer des protéines.
Le principe est ici d’ajouter la recette de l’antigène du coronavirus, qui est en lui même inoffensif mais qui provoquera la réaction immunitaire du système.

Pourquoi Docteur en fait une explication relativement simple et claire.
Vaccin Pfizer: comment fonctionne un vaccin à ARN messager?

L’ARN messager ne peut pas intégrer l’ADN de l’hôte puisque la mécanique est inverse. L’ARN est une copie d’usage provenant de l’ADN.

Toutefois, la mécanique de transcriptase inverse, provoquée par une enzyme, permet cette mécanique inverse de transformation de l’ARN en ADN. Ce qui pourrait alors provoquer une intégration dans l’ADN de l’hôte.
C’est l’un des principes de fonctionnement du test RT-PCR (source).

En revanche, les vaccins à ARN peuvent provoquer des dérèglements dans la production des protéines par les cellules. Notamment des maladies auto-immunes, des multiplications illimitées (cancer) ou encore une baisse de réactivité du système immunitaire en cas d’adaptation à la protéine (source).




  • Les explications de Pierre Barnérias sur RMC

Ces vérifications sont terminées, pour le moment du moins. Mais face aux nombreuses polémiques, Pierre Barnérias s’est exprimé, il est intéressant d’écouter ce qu’il a dire.

YouTube – Le réalisateur du documentaire « Hold-up, retour sur un chaos » met les points sur les i !


  • Ce documentaire est-il un brûlot complotiste qui s’enfonce dans des théories conspirationnistes ?
OPINION

Cet article exprime l’opinion personnelle de son auteur.
Exceptionnellement, je vais vous donner mon analyse de ce documentaire, après l’avoir longuement étudié pendant plus d’une semaine à la recherche de preuves sur les allégations qui y sont faites.

Sur les presque 3 heures de ce documentaire, la première heure est consacrée à, d’une part rappeler des faits, non contestables, et d’autre part soulever de nombreuses controverses qui ont émaillées l’année 2020.

Si il est certains qu’on peut reprocher au documentaire, dans cette première partie, de ne faire entendre qu’une seule voix, celle de la contestation, ce n’est pourtant qu’une goutte d’eau dans l’immensité de la communication des médias sur internet et à la télévision qui, eux aussi ne font entendre qu’une seule voix, celle de la peur et de la gravité de la situation.

N’oublions pas que ceux qui n’ont pas soutenu le choix de la communication angoissante ont été taxés de “rassuristes” et considérés comme de mauvais médecins, en dehors des réalités. Jusqu’à se voir retirer leur fonction ou faire l’objet de condamnations.
Ces diatribes envers ceux qui ne partagent pas l’avis “officiel” me semblent être une attaque grave envers la liberté d’expression et le nécessité de débat.

C’est à partir de 1h22 que le documentaire va amorcer l’exploration des thèses complotistes, avec Valérie Bugault affirmant que nos sociétés sont politiquement corrompues et que ce serait le moteur de nos sociétés.
Est-ce vraiment nécessaire de prouver une telle affirmation…? Qui ignore aujourd’hui que nos politiciens sont corrompus ?

Le documentaire s’intéresse ensuite aux prévisions de pandémies mondiales, annoncées depuis 10 ans. Hors ces prévisions existent effectivement.
Le documentaire ne dit pas que ces prédictions sont des prophéties indiquant que tout était prévu à l’avance. Il ne fait que soulever le fait que oui, depuis 10 ans, on nous annonce une pandémie et pourtant nous ne serions pas préparés pour l’affronter lorsqu’elle surgit finalement.

On en vient alors à Bill Gates, qui y va aussi de sa prédiction en 2015.
Hors Bill Gates, via sa fondation Bill et Melinda Gates, a investit énormément dans la vaccination à travers le monde, en particulier dans les pays pauvres, qui malgré de nombreuses controverses n’ont pas les moyens de se faire entendre largement.
La fondation soutient également l’initiative ID2020, pour avoir une identité digitale et le “tatouage” invisible pour prouver la vaccination sans nécessiter d’avoir un document papier en utilisant la technologie Quantum Dots.

Quand on sait que Bill Gates à fait fortune avec la vente forcée de son système d’exploitation Windows à l’achat d’un ordinateur, il n’est pas illégitime de s’inquiéter aujourd’hui de le voir investit dans la vaccination, avec des preuves de vaccinations tatouées alors qu’il détient des parts du laboratoire Moderna.
Cela ressemble aux prémices d’une histoire déjà connue.

D’autant plus que les initiatives pour une vaccinations non-obligatoire mais indispensable pour avoir une vie normale se multiplient avec notamment le CovidPass.

J’ai personnellement été choqué par Melinda Gates qui explique que les premiers qui devraient avoir les vaccins sont les pays pauvres et les noirs aux États-Unis. En particulier quand voit comment l’Inde, ou l’Afrique sont utilisés comme laboratoire de test géant.
Ça m’interroge sur le sens que peut prendre le mot philanthropie.

Après Bill Gates, vient Jacques Attali qui nous annonce également que seul un vaccin sera la salut de l’humanité.
Il convient pourtant de rappeler que le taux de mortalité mondial est de 0.02%. Pas si éloigné que ça des 50% de mortalité de la peste.
Il semblerait légitime de s’inquiéter plutôt des grandes causes de mortalité comme la pollution, les cancers ou le tabagisme.

Jacques Attali sera, dans le documentaire, la première référence faite au gouvernement mondial, qu’on retrouvera également dans les projets du World Economic Forum et de l’Institut Berggruen.

À ce stade du documentaire, si il n’est pas question de complot mondial, on aura bien compris la direction qui est prise et s’affirme de plus en plus.
Doit-on pour autant crier au complotisme ? À ce stade les faits énumérés sont vérifiables, il appartient à chacun de considérer si oui ou non on devrait les assembler.

Mais l’OMS, qui devrait être le garant de la santé mondiale, est jetée en pâture.
Toutefois, comme vu précédemment, son directeur n’est pas tout à fait immaculé et le financement de l’OMS n’est pas exempt de conflits d’intérêts, en particulier avec la fondation Bill et Melinda Gates. Encore…

Certes le montage du documentaire est tendancieux, mais encore une fois, les sources sont là.
Et considérant que le directeur de l’OMS est avant tout un politicien, devrions nous penser qu’il est immunisé à toute corruption ?

Vient les grands laboratoires, qui sont avant tout des entreprises dont l’objectif est le profit, Arte dans son documentaire Big Pharma, labos tout-puissants dénonçait déjà leur politique mercantile dénuée d’éthique et les relations très (trop) proches avec les états.
Ces mêmes laboratoires auront en France, entre autre, leurs voix portées par Martin Blachier, omniprésent sur les plateaux TV mais peu loquace sur ses liens avec ceux-ci.

À ce stade, nous avons déjà une esquisse de réponse à la question “pourquoi ?”, puisque la corruption de nos élites n’est pas vraiment un sujet d’interrogation et que les sommes à tirer de la situation sont considérables.
Est-ce du complotisme que d’imaginer que nos dirigeants sont plus intéressés par l’argent que par la santé du bas peuple ?

Avant d’aborder les théories soutenant que le covid-19 est un virus fabriqué, le documentaire aborde la réalité factuelle de ces laboratoires qui manipulent des virus naturels pour les rendre transmissibles à l’homme. Une réalité pour laquelle on a pu retrouver des sources.
Bien évidemment, la raison en a toujours été de fabriquer un vaccin.

Vient alors l’évocation de cet Event 201, certes un simple exercice, mais qui peut sembler étrangement bien tomber, juste avant une véritable épidémie qui répond aux mêmes critères.
Bien entendu, affirmer que tout cela était volontaire serait dénué de preuves, mais n’est-il pas légitime de s’interroger quand à la survenue de ces événements dans cet ordre si commode ?
Est-il véritablement conspirationniste d’imaginer que nos gouvernements ne nous disent pas toujours la vérité ?

Le documentaire, avant de poursuivre sur l’origine du virus, s’attaque ouvertement aux grands médias qui nous informent.
La couverture de la pandémie ne laissent guère de doute quand à la partialité des médias en question puisque le débat n’est guère permis.
Ajoutons à cela les journalistes qui manifestent pour la liberté de la presse. On manifeste rarement pour ce qu’on a déjà, plutôt pour ce qu’on a pas ou qu’on risque de perdre…
L’image du Monde Diplomatique, qui passe rapidement est disponible sur le site du Monde Diplomatique.

Si il est légitime pour les médias d’être financés, il est tout aussi légitime de s’interroger sur l’impartialité des patrons qui les détiennent.

On revient à l’origine du SARS-CoV-2, qui n’est pas toujours pas élucidé à ce jour.
Si les propos de Jean-Bernard Fourtillan peuvent paraître douteux, d’autant que le personnage est lui-même très décrié, il faut bien reconnaître que les brevets montrent une manipulation des virus, ce que l’institut Pasteur explique comme étant impossible.
Difficile toutefois de démêler le vrai du fantasmagorique dans ces propos…

Toutefois, la théorie de la manipulation humaine est soutenue par d’autres personnes, Luc Montagnier, Li-Meng Yan et d’autres.
Hors, la manipulation des virus, à des fins de fabrication de vaccin, n’est pas remise en question.

On sait donc que la manipulation génétique des virus est réelle, que la fabrication du SARS-CoV-2 pourrait être réelle, sans preuve concrètes toutefois.
La question qui reste véritablement en suspend est pourquoi et comment un tel virus aurait pu sortir d’un laboratoire ?

Mais, là encore, il s’agit d’interroger et de chercher une réponse à la question du “Pourquoi ?”, le documentaire explore donc la possibilité que cette pandémie soit exploitée, ou provoquée, pour satisfaire à l’objectif du Great Reset.

Si il est clair que le documentaire veut nous emmener sur le terrain d’une guerre bactériologique, dont la pandémie serait le moyen et la finalité le Great Reset, le ton reste sur la spéculative.

Toutefois, la question mérite d’être posée, le World Economic Forum assume tout à fait de prendre la pandémie comme prétexte idéal pour démarrer le Great Reset.

Hors le Great Reset est mis en avant et en ordre de marche par les mêmes entreprises qui dominent déjà le monde, par les mêmes intervenants qui prédisaient une pandémie mondiale, les mêmes qui détiennent l’information publique et les mêmes que sont ceux qui vont en tirer des sommes faramineuses.

On en revient à la même problématique, devrions nous penser que les grandes entreprises et nos dirigeants ont à coeur notre bien-être avant leurs finances et leur pouvoir ?
Devrions-nous penser que la corruption ne touche pas ces personnes là ?

Peut-être un regard sur l’histoire de l’humanité nous donnera une réponse.

Que conclure alors ?

On ne peut nier que ce documentaire a choisi, parmi les différentes explications qu’on peut donner au pourquoi, la solution du complot mondial lié au Great Reset et la volonté de provoquer un changement dans la politique mondiale aux dépends des plus pauvres.

On ne peut nier que le documentaire est construit dans l’idée d’amener le spectateur à se poser la question de l’éventualité que ce complot serait tout à fait réel.
Voir même, pour les moins sujet à un regard critique, à penser que c’est une réalité sans équivoque.

Mais la question qui devrait se poser n’est pas tant, je crois, est-ce que le documentaire est complotiste, mais plutôt, devrions nous vraiment mettre une étiquette “Complotisme” sur cette idée et la mettre de côté ?

Je crois effectivement que le documentaire aborde, sans équivoque, le sujet complotiste du Great Reset et d’une pandémie provoquée.
Mais je crois aussi que la question mérite d’être posée, sans complexe.

Hold-Up n’affirme pas que la pandémie est provoquée par nos élites, Hold-Up interroge cette éventualité.

La vraie question qui devrait se poser est la suivante:

Est-il véritablement si conspirationniste et surréaliste d’imaginer qu’une pandémie, manifestement pas si dangereuse que ça au regard des chiffres, serait le prétexte de nos dirigeants pour en tirer profit à nos dépends ?

Related Posts