Un documentaire Arte daté de 2009 interrogeait la gestion de la pandémie de grippe H1N1 et le rôle de l’industrie pharmaceutique et de l’OMS dans celle-ci.
Il est particulièrement intéressant de remarquer que ce documentaire, vieux de 11 ans, pourrait, en changeant quelques noms, tout aussi bien être un documentaire en 2021 sur la gestion de la pandémie de covid-19…

dailymotion – Grippe A, un virus fait débat (1ère partie)
14 minutes.

dailymotion – Grippe A, un virus fait débat (2e partie)
18 minutes.

dailymotion – Grippe A, un virus fait débat (3e partie)
11 minutes.

dailymotion – Grippe A, un virus fait débat (4e partie)
9 minutes.

Le documentaire peut également être trouvé au complet sur Bitchute ou sur Odysee.

Une présentation et critique de ce documentaire avait été faite à l’époque.

Pharmacritique – « Les profiteurs de la peur », leurs conflits d’intérêts et leur business autour de la grippe A H1N1. Intégralité du documentaire ARTE « Un virus fait débat »
Temps de lecture: 4-5 minutes.


C’est un vieux principe marketing des laboratoires pharmaceutiques. Si ils veulent bien vendre leurs produits, il faut que les consommateurs aient peur et y voient leur salut. Alors on créé une psychose pour que les consommateurs craquent et se ruent sur le vaccin en question.

Pr. Peter Schönhöfer

On savait très bien, nous autres spécialistes, que l’industrie pharmaceutique allait essayer de développer très fort le secteur des vaccins en créant des alarmes d’épidémies et de pandémies pour booster la vente de ces vaccins

Dr Marc Girard

Ces 2 citations sont bel et bien issues d’un documentaire vieux de 11 ans et non pas d’un documentaire “complotiste” récent.

Après visionnage de ce documentaire, la pandémie de covid ressemble en tout point à celle de la grippe H1N1 à l’exception que l’industrie pharmaceutique et les politiques semble avoir appris de leurs erreurs de 2009 pour réussir cette fois à créer une peur mondiale d’un virus, dont les chiffres définitifs seront sans doute très en dessous de ce qu’ils sont aujourd’hui, dans l’espoir cette fois de réussir à imposer une vaccination au monde entier et des bénéfices records pour les laboratoires pharmaceutiques.


Un décryptage des principaux éléments de ce documentaire apporte un éclairage nouveau sur la crise actuelle.

Le virus H1N1 était en 2009 décrit comme un nouveau virus, potentiellement très dangereux. C’était pourtant une autre forme de la grippe, un virus bien connu, et qui plus est une forme qui n’était pas nouvelle.
On retrouve les mêmes annonces avec le SARS-CoV-2, qui n’est qu’une autre forme de coronavirus, une famille de virus déjà bien connue. Ce qui n’empêche pas qu’on le présente comme un nouveau virus inconnu et potentiellement très dangereux.

De manière surprenante et surtout très familière aujourd’hui, il est dit dans le documentaire que le H1N1 était prévalent très certainement pour la seule raison qu’on cherchait avec vigueur à le trouver.
On retrouve aujourd’hui le même problème avec le covid qui n’existe qu’en raison de la politique de test démesurée cherchant à le trouver partout et déclarer des morts de la maladie uniquement car ils étaient porteurs du virus (source).

L’OMS y est décrite comme étant beaucoup trop influencée par l’industrie pharmaceutique, avec leurs représentants omniprésents et des membres de l’organisation internationale provenant de l’industrie pharmaceutique ou les rejoignant après avoir quitté l’OMS.
Une critique toujours autant formulée aujourd’hui…

Tandis que les spécialistes en épidémiologie n’alertait pas sur la dangerosité du virus, c’est l’OMS qui considérera le virus comme étant très dangereux. Au point de déclarer une pandémie mondiale, après avoir réduit les critères pandémiques pour pouvoir la déclarer.
L’OMS entretiendra aussi un discours de peur disproportionné, face aux risques réels, de concert avec les lobbies des vaccins, menés par les grands laboratoires pharmaceutiques.

La déclaration de pandémie de la part de l’OMS entraînera une réaction panique des pays membres qui vont se précipiter sur l’achat de médicaments et de vaccins et faire suivre le discours de la peur.
Si l’effet se sera montré moins efficace en 2009, il est surprenant de voir à quel point la situation est tout fait similaire aujourd’hui.
L’OMS aura poussé le monde entier à s’affoler face à un virus dont le bilan est aux antipodes des prédictions catastrophistes annoncées (source).

On retrouvera même en 2009 une tentative de faire accepter les “gestes barrières”, sans succès alors.
Pourtant, le virus H1N1 n’a pas fait les millions de morts annoncés, seulement 18 000 dans le monde entier… (source)

Ce qui est sûr en revanche, c’est que le virus H1N1 aura permis aux laboratoires de faire exploser leur cours en bourse et se faire des milliards de dollars.
Une situation qui se répète déjà en 2020 (source).

Déjà en 2009, le documentaire pointait du doigt l’influence de l’industrie pharmaceutique dans la recherche et les lois des pays, et expliquait que la corruption était tellement profonde qu’il était impossible de savoir si les décisions étaient prises par les laboratoires ou les politiques.
Au point de déclarer que les finances de ces laboratoires pharmaceutiques étaient devenues plus importante que la santé des citoyens.

Related Posts

6 thoughts on “Grippe A/Covid-19, un virus fait débat

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *