Pourquoi les masques ne fonctionnent pas : Une étude révélatrice

Cette étude, daté de 2016, expliquait pourquoi les masques ne présentent pas d’efficacité pour prévenir les infections.
L’étude a été retirée du site entre juin et juillet 2020…
C’était sans compter sur la WayBack Machine !

Pour les articles qui ne sont pas en français, vous pouvez utiliser DeepL pour traduire le texte en français.

oralhealth – Why Face Masks Don’t Work: A Revealing Reviewtitre
Temps de lecture: 25-32 minutes.


Cloth or cotton gauze masks have been used since the late 19th century to protect sterile fields from spit and mucous generated by the wearer.

Les masques en tissu ou en gaze de coton sont utilisés depuis la fin du XIXe siècle pour protéger les champs stériles des crachats et du mucus générés par le porteur.

John Hardie

She noted that most studies on face masks have been based on laboratory simulated tests which quite simply have limited clinical applicability as they cannot account for such human factors as compliance, coughing and talking.

Elle a fait remarquer que la plupart des études sur les masques faciaux ont été basées sur des tests simulés en laboratoire qui ont tout simplement une applicabilité clinique limitée car ils ne peuvent pas tenir compte de facteurs humains tels que l’observance, la toux et la parole.

John Hardie

The early researchers concluded that since only large particles were detected near an infectious person any small particles would be transmitted via air currents, dispersed over long distances, remain infective over time and might be inhaled by persons who never had any close contact with the host. This became known as “airborne transmission” against which a face mask would be of little use.

Les premiers chercheurs ont conclu que puisque seules les grosses particules étaient détectées à proximité d’une personne infectieuse, les petites particules seraient transmises par les courants d’air, dispersées sur de longues distances, resteraient infectieuses dans le temps et pourraient être inhalées par des personnes n’ayant jamais eu de contact étroit avec l’hôte. C’est ce qu’on a appelé la “transmission par voie aérienne”, contre laquelle un masque facial ne serait guère utile.

John Hardie

Literature reviews have confirmed that wearing a mask during surgery has no impact whatsoever on wound infection rates during clean surgery. A recent 2014 report states categorically that no clinical trials have ever shown that wearing a mask prevents contamination of surgical sites.

Des analyses documentaires ont confirmé que le port d’un masque pendant une opération chirurgicale n’a aucun impact sur le taux d’infection des plaies lors d’une opération propre. Un récent rapport de 2014 affirme catégoriquement qu’aucun essai clinique n’a jamais démontré que le port d’un masque empêche la contamination des sites chirurgicaux.

John Hardie

It is important to appreciate that if masks contained filters capable of trapping viruses, the peripheral gaps around the masks would continue to permit the inhalation of unfiltered air and aerosols.

Il est important de comprendre que si les masques contenaient des filtres capables de piéger les virus, les espaces périphériques autour des masques continueraient à permettre l’inhalation d’air non filtré et d’aérosols.

John Hardie

When this understanding is combined with the poor fit of masks, it is readily appreciated that neither the filter performance nor the facial fit characteristics of face masks qualify them as being devices which protect against respiratory infections.

Lorsque l’on combine cette compréhension avec le mauvais ajustement des masques, on comprend aisément que ni la performance des filtres ni les caractéristiques d’ajustement des masques ne les qualifient comme étant des dispositifs de protection contre les infections respiratoires.

John Hardie

Between 2004 and 2016 at least a dozen research or review articles have been published on the inadequacies of face masks. All agree that the poor facial fit and limited filtration characteristics of face masks make them unable to prevent the wearer inhaling airborne particles.

Entre 2004 et 2016, au moins une douzaine d’articles de recherche ou de revue ont été publiés sur les insuffisances des masques faciaux. Tous s’accordent à dire que le mauvais ajustement du visage et les caractéristiques de filtration limitées des masques faciaux les rendent incapables d’empêcher le porteur d’inhaler des particules en suspension dans l’air.

John Hardie

“Health care workers have long relied heavily on surgical masks to provide protection against influenza and other infections. Yet there are no convincing scientific data that support the effectiveness of masks for respiratory protection. The masks we use are not designed for such purposes, and when tested, they have proved to vary widely in filtration capability, allowing penetration of aerosol particles ranging from four to 90%.”

“Les travailleurs de la santé ont longtemps compté beaucoup sur les masques chirurgicaux pour se protéger contre la grippe et d’autres infections. Pourtant, aucune donnée scientifique convaincante ne vient étayer l’efficacité des masques pour la protection respiratoire. Les masques que nous utilisons ne sont pas conçus à cette fin, et lorsqu’ils ont été testés, il a été prouvé qu’ils avaient une capacité de filtration très variable, permettant la pénétration de particules d’aérosols allant de quatre à 90%”.

John Hardie

The primary reason for mandating the wearing of face masks is to protect dental personnel from airborne pathogens. This review has established that face masks are incapable of providing such a level of protection.

La principale raison pour laquelle le port du masque facial est obligatoire est de protéger le personnel dentaire des agents pathogènes transmis par l’air. Cet examen a établi que les masques faciaux sont incapables d’assurer un tel niveau de protection.

John Hardie

L’article ayant déjà été censuré en milieu d’année 2020, par pure précaution j’ai imprimé la page en un PDF, que je met à disposition ici-même.

Related Posts

2 thoughts on “Pourquoi les masques ne fonctionnent pas : Une étude révélatrice

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *