Pfizer ou AstraZeneca, pas tant de différences !

Petite mise au point, car je vois trop souvent les médias expliquer que le vaccin AstraZeneca est différent du vaccin Pfizer, en particulier sur la méthode de fonctionnement du vaccin.
Sans doute pour évacuer toute méfiance sur la modification de l’ADN avec le vaccin Pfizer.

FranceInfo nous explique que

“C’est un nouveau vaccin. Il y a plusieurs méthodes pour fabriquer un vaccin. Cette fois-ci, on a utilisé un vecteur viral, c’est-à-dire qu’on a utilisé un virus de rhume bénin pour l’homme et dedans on a mis un tout petit bout d’ARN du coronavirus, pas assez pour vous rendre malade”

FranceInfo

Le choix des mots n’est pas anodin, il est donc question d’un virus “bénin” et d’un petit bout d’ARN qui ne peut pas vous rendre malade.

On en apprend un peu plus chez BFM

il prend comme support un autre virus, en l’occurrence un adénovirus commun chez le chimpanzé. Ce dernier a été affaibli et génétiquement modifié pour empêcher le nouveau coronavirus de se répliquer dans l’organisme humain. La manière qu’il a de délivrer du matériel génétique dans les cellules, leur ordonnant d’attaquer le Covid-19, a été présenté comme un “cheval de Troie”.

BFMTV

Encore une fois, on insiste sur le côté rassurant, aucun risque !
En revanche, il est question de “délivrer du matériel génétique dans les cellules“, sans plus de détail.
Mais avant d’en arriver à des conclusions hâtives, la distinction est faite.

Les vaccins Pfizer/BioNTech, et Moderna, déjà utilisés en France, se servent de l’ARN messager. C’est une technique qui consiste à injecter dans nos cellules des brins d’instructions génétiques, pour leur faire fabriquer des protéines ou “antigènes” spécifiques du coronavirus. Ces protéines vont être livrées au système immunitaire, qui va alors produire des anticorps.

BFMTV

Aucun rapport donc, ces vaccins ne fonctionnent pas de la même manière. Vraiment ?

LCI crache le morceau, et avoue à demi-mots le véritable fonctionnement du vaccin

Dans le détail, il s’agit d’utiliser comme support un autre virus peu virulent, transformé pour y ajouter une partie du virus responsable du Covid-19. Le virus modifié pénètre dans les cellules des personnes vaccinées, qui fabriquent alors une protéine typique du SARS-CoV-2, éduquant leur système immunitaire à le reconnaître.

LCI

Il est donc question que la cellule fabrique la protéine du virus.

L’OMS nous livre plus de détails sur ces 2 vaccins, et révèle la réalité.

The vaccine expresses the SARS-CoV-2 spike protein gene, which instructs the host cells to produce the protein of the S-antigen unique to SARS-CoV-2, allowing the body to generate an immune response and to retain that information in memory immune cells.

Ce vaccin exprime le gène de la protéine spiculaire SARS-CoV-2, qui instruit les cellules hôtes de produire la protéine de l’antigène-S unique au SARS-CoV-2, ce qui permet au corps de générer une réponse immunitaire et de retenir ces informations dans les cellules mémoires.

OMS

The mRNA instructs the cell to produce proteins of the S antigen (a piece of the spike protein unique to SARS-CoV-2) to stimulate an immune response.

L’ARNm ordonne à la cellule de produire des protéines de l’antigène S (un morceau de la protéine Spike spécifique au SARS-CoV-2) afin de stimuler une réponse immunitaire.

OMS

Il s’agit bien là des explications de l’OMS pour les vaccins AstraZeneca ChAdOx1-S/nCoV-19 et Pfizer/BioNTech COMIRNATY.
On notera que, si le moyen de transport diffère, la finalité est la même. Ces 2 “vaccins” transportent de l’ARN de la protéine Spike, qui est assimilé par les cellules cibles pour les forcer à produire la protéine virale.

En somme, AstraZeneca ou Pfizer, il s’agit toujours de thérapie génique et non de vaccin !

Le docteur Peter El Baze nous livre une synthèse simple de ces vaccins sur twitter.


Dès lors, il semble pertinent de s’interroger sur l’étrange similitude entre la mort de Gregory Michael, médecin obstétricien à Miami, mort d’une maladie auto-immune rare qui amène le corps à détruire ses propres plaquettes (une thrombopénie) après sa vaccination avec le vaccin Pfizer et les cas d’hémorragies en Norvège et de multiples cas de thromboses à travers l’Europe après vaccination avec le vaccin AstraZeneca.
Dans les 3 cas il s’agit de troubles sanguins affectant le comportement des plaquettes.

Bien entendu, le message reste immuable, aucun lien avéré avec les vaccins. Ils sont sans risques.
L’accumulation de décès et des effets secondaires après la vaccination ne sont donc que de curieux concours de circonstances…


Mise à jour: Si comme attendu l’Agence Européenne des Médicaments a déclaré officiellement, ce 18 mars, que le vaccin AstraZeneca était sans risque, la Norvège n’est pas du même avis et établit un lien avéré entre le vaccin et ses thromboses.

Le monde – AstraZeneca : des chercheurs norvégiens établissent un lien entre le vaccin et les thromboses

Related Posts

One thought on “Pfizer ou AstraZeneca, pas tant de différences !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *