Etat d’urgence sanitaire : le scandaleux déni du Conseil d’Etat !

Faisant suite au recours déposé devant le conseil d’état pour juger de la pertinence du maintien de l’état d’urgence sanitaire, le conseil d’état a refusé de mener l’enquête en se basant sur des arguments fallacieux.
La chaine YouTube Décoder l’éco revient en détail sur ce déni de démocratie.

Version écrite
Agoravox – Etat d’urgence sanitaire : le scandaleux déni du Conseil d’Etat !
Temps de lecture: 32-42 minutes.

Version vidéo
YouTube – Etat d’urgence sanitaire : le scandaleux déni du Conseil d’Etat !
33 minutes.


Il s’agit donc d’une question juridique, il s’agit de savoir quels sont les éléments qui peuvent justifier aujourd’hui l’état d’urgence sanitaire. C’est sur ce point qu’une étude juridico-scientifique d’une soixantaine de page a été déposée au Conseil d’Etat dont le rôle est de vérifier la validité de la loi. Devant l’abandon du gouvernement et du parlement, le seul rempart face à une situation qui ne serait pas justifiée est le Conseil d’Etat. L’objectif de ce recours est donc que le Conseil d’Etat réalise une enquête en convoquant des témoins pour juger de légitimité de la situation.

Décoder l’éco

Le gouvernement a envoyé un courrier de réponse le 16 mars dernier. L’instruction a été clôturée le 22 mars et le Conseil d’Etat a indiqué à cette date qu’aucune audience ne se tiendrait eu égard aux nouvelles restrictions sanitaires, ce qui est malheureux pour une enquête.

Le 24 mars 2021, le Conseil d’Etat a rendu son ordonnance, refusant de mener une enquête pour juger de la validité ou non de l’état d’urgence sanitaire.

Décoder l’éco

En premier lieu, le document rappelle que l’OMS estime que les infections des voies respiratoires aigües (IRA) représentent 3 millions de morts par an, dont 2,3 millions ont été attribuées sans confirmation virologique à la Covid-19 en 2020.

Décoder l’éco

Donc, le nombre de morts annoncé quotidiennement dans les médias n’est autre que la somme de toutes les infections respiratoires aigües mêlées sans discernement, et dont la part de vraies Covid-19 est aujourd’hui de moins de 10 %. Mais le Comité de Scientifiques et le gouvernement ont ignoré sciemment ce fait : aucun avis ne mentionne le réseau Sentinelles depuis 1 an. Ils se sont choisis d’autres critères pour définir et surveiller ce qui devait passer pour une catastrophe sanitaire.

Décoder l’éco

De plus, cette explosion du nombre de tests est complètement inédite. On n’a jamais testé autant de gens et pas du tout sur des coronavirus par le passé. On ne peut donc absolument pas savoir si ce type de virus n’est pas présent depuis toujours dans les mêmes proportions se confondant chaque année avec les autres infections des voies respiratoires aigües.

Décoder l’éco

Le quatrième indicateur, l’occupation des lits à l’hôpital, est inadapté. La population française vieillit. Entre 1998 et 2018, la France est passé de 9 millions à 13 millions de personnes de plus de 65 ans avec le vieillissement des baby-boomers. Pendant ce même temps, le nombre de lits à l’hôpital a baissé de 100 000. Pour mémoire, les médecins urgentistes sont en grève quasi-permanente depuis 10 ans. A chaque épidémie, les services hospitaliers sont complètement saturés. Cette situation est la norme.

Décoder l’éco

Ainsi, pour comparer la mortalité entre 2 années, il faut corriger de l’effet du vieillissement, autrement dit de la pyramide des âges. […] On a vu que l’augmentation de la mortalité n’est pas régulière mais a des creux et des bosses. Les bosses sont appelées des années moissons et ont lieu habituellement tous les 2 à 3 ans. On a montré que l’année 2020 est une année moisson qui rattrape le nombre de décès en moins de l’année 2019. Enfin, on est complètement incapable de savoir si les périodes de décès que l’on observe en 2020 sont uniquement imputables à la maladie ou plutôt à un abandon de soin imposé par les décisions du Conseil Scientifique

Décoder l’éco

En conclusion à ce stade, on a un sérieux problème. On peut voir que toutes les justifications soi-disant scientifiques pour imposer l’état d’urgence sanitaire ne tiennent pas la route, et pire, que le réseau Sentinelles qui est celui considéré fiable d’habitude est complètement laissé de côté. Demander au Conseil d’Etat de faire une enquête nous permettrait de comprendre comment et pourquoi ont été choisis de mauvais indicateurs au détriment du suivi habituel. Puisque l’on constate que la mortalité 2020 n’est finalement pas catastrophique, est-il vraiment légitime de maintenir l’état d’urgence ? Puisque l’on n’arrive pas scientifiquement à montrer que les décisions ont sauvé plus de vies plutôt qu’elles en ont détruites, quelle justification peut-on donner pour maintenir la situation ?

Décoder l’éco

Pour finir le document rappelle les intérêts financiers manifestes qui nuisent à la neutralité des décisions prises. Lorsqu’un décideur gagne de l’argent selon la décision qu’il prend, on doit considérer que son avis n’est pas neutre.

Décoder l’éco

Dans son ordonnance du 24 mars 2021, le Conseil d’Etat a refusé la demande qui lui était faite de mener une enquête pour juger sous quels arguments scientifiques l’état d’urgence sanitaire peut être légalement prolongé.

Décoder l’éco

[..] le Conseil d’Etat considère que les décisions du Conseil Scientifique n’ont pas d’impact sur la vie des gens. C’est assez hallucinant. Lorsque l’on constate que toutes les ordonnances démarrent par un avis du conseil scientifique, ne peut-on pas en déduire qu’il y a un lien ? Est-ce qu’en tant que citoyen vous n’avez pas remarqué un lien entre les conclusions du Conseil Scientifique et une modification de votre vie depuis 1 an ?

Décoder l’éco

Related Posts

One thought on “Etat d’urgence sanitaire : le scandaleux déni du Conseil d’Etat !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *