Moins de 50 ans : quels risques avec les “vaccins” Covid19 utilisés en France ?

Une analyse détaillées des effets secondaires des “vaccins” et de la fameuse balance bénéfice/risque qui montre sans équivoque, chiffres à l’appui, que le risque réel est très largement supérieur au bénéfice supposé.

BonSens.org – Moins de 50 ans : quels risques avec les “vaccins” Covid19 utilisés en France ?
Temps de lecture: 12-15 minutes.


Aujourd’hui, avec 14 mois de recul sur cette maladie Covid-19, on sait maintenant qu’après 3 « vagues » successives d’épidémie du coronavirus, le taux de mortalité chez les moins de 50 ans a été de 0,0026%.

Le Collectif citoyen, pour France Soir

Pour l’ensemble des trois vaccins, il y a eu 7838 effets secondaires graves dont 2525 chez les moins de 50 ans soit 0,17% des vaccinés. Ceci représente un risque 63 fois plus élevé pour des personnes de cette tranche d’âge que celui d’attraper et de mourir du virus.

Le Collectif citoyen, pour France Soir

On note aussi de manière globale que les décès déclarés suite à vaccination CoviD19, au nombre de 642 d’après l’ANSM, correspondent à un taux de 0,0042% soit 158 fois plus que pour les vaccins contre la grippe 2019-2020 (0,0000265%).

Le Collectif citoyen, pour France Soir

Car n’oublions pas le principal : les personnes qui se font vacciner sont initialement non malades et le bénéfice pour eux devrait être infiniment plus grand que le risque encouru. Le taux de survie après 3 vagues successives de Covid-19 pour les moins de 50 ans est de plus de 99,99%.

Le Collectif citoyen, pour France Soir

D’après les experts en pharmacovigilance, les signalements d’effets secondaires des médicaments et vaccins, représentent entre 1 à 10% maximum des effets secondaires rencontrés réellement par la population, du fait de la difficulté et/ou de la méconnaissance des outils à disposition pour les déclarer.

Le Collectif citoyen, pour France Soir

Bien entendu dans ces effets secondaires graves, il n’y a pas que des décès, mais il y a aussi des pronostics vitaux engagés, de nombreux cas non résolus toujours hospitalisés, des cas résolus avec séquelles, des syndromes de Guillain-Barré, des paralysies faciales graves etc

Le Collectif citoyen, pour France Soir

Car il ne faut jamais oublier que les personnes qui doivent être vaccinées sont des personnes saines, non malades. D’autant plus qu’une AMM conditionnelle n’est accordée que du point de vue du bénéfice qui doit forcément être plus grand que le risque de la personne si elle venait à contracter le virus. Et on voit bien que pour les moins de 50 ans, ce n’est pas du tout le cas.

Le Collectif citoyen, pour France Soir

Related Posts

One thought on “Moins de 50 ans : quels risques avec les “vaccins” Covid19 utilisés en France ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *