Rapport de la Cour des comptes allemande : Les hôpitaux ont manipulé le taux d’occupation des soins intensifs

Alors qu’en France il semble évident que les chiffres d’occupation des hôpitaux sont surévalués, l’Allemagne semble avoir été prise la main dans le sac, faussant complètement les chiffres d’occupation de leurs lits de soins intensifs suite à une loi de novembre 2020, incitant à une fraude massive.
À l’instar de la France, l’Allemagne s’est servie de la, sois-disant, saturation des hôpitaux pour mettre en place des mesures coercitives pour lutter contre la pandémie.

7sur7 – Des hôpitaux allemands auraient manipulé leur taux d’occupation pour recevoir des subsides
Temps de lecture: 7-9 minutes.


Un rapport de la Cour des comptes fédérale (BRH) révèle l’un des plus grands scandales lié à la pandémie en Allemagne. Des hôpitaux allemands ont manipulé les taux d’occupation des services de soins intensifs afin de recevoir une aide financière du gouvernement. Le gouvernement fédéral était apparemment au courant de la fraude depuis des mois, mais l’a gardée secrète.

7sur7

À la mi-novembre, la nouvelle loi sur le financement des hôpitaux entre en vigueur. Condition: l’argent n’est versé aux hôpitaux que si moins de 25% des lits de soins intensifs sont libres. Peu après, le Bild rapporte sur la base de diverses sources que le nombre de lits libres dans les unités de soins intensifs est plus élevé et que les rapports alarmants sur une pénurie sont exagérés.

7sur7

La question qui se pose maintenant est de savoir à quel point la situation était réellement dramatique dans les hôpitaux allemands, écrit le Bild. “Que savait la chancelière de la gigantesque manipulation rapportée par le RKI ?”

7sur7

BILD.de, important journal Allemand, donne plus d’informations sur le scandale

BILD.de – Rechnungshof-Bericht enthüllt: Der große Betrug mit den Intensivbetten
Temps de lecture: 1 minute.

Es ist einer der größten Skandale der Corona-Krise: Zahlreiche Kliniken meldeten bewusst weniger freie Intensivbetten als sie hatten – um Geld vom Steuerzahler zu kassieren! Das enthüllt ein Bericht des Bundesrechnungshofs (BRH).

C’est l’un des plus grands scandales de la crise Corona : de nombreux hôpitaux ont délibérément déclaré moins de lits de soins intensifs gratuits qu’ils n’en avaient – afin de percevoir l’argent du contribuable ! C’est ce que révèle un rapport de la Cour des comptes fédérale (BRH).

BILD.de

BILD.de – Corona: Intensiv-Betten-Betrug – Spahn fühlt sich nicht zuständig
Temps de lecture: 2 minutes.

Zwischen 360 und 760 Euro bekommen Kliniken für jedes Bett, dass sie für Corona-Patienten freihalten. Doch im November 2020 wurde das eingeschränkt. Nur noch Krankenhäuser mit knappen Intensivkapazitäten kamen in den Genuss der Ausgleichszahlungen.

Les cliniques reçoivent entre 360 et 760 euros pour chaque lit qu’elles gardent libre pour les patients de Corona. Mais en novembre 2020, cela a été restreint. Seuls les hôpitaux disposant de peu de capacités de soins intensifs pourraient encore bénéficier des paiements compensatoires.

BILD.de

Von da an stellten Klinikbetreiber ihre Lage dramatischer dar, als sie tatsächlich war. Das zeigt auch der aktuelle Bericht des Bundesrechnungshofs.

À partir de ce moment, les opérateurs hospitaliers ont dépeint leur situation de manière plus dramatique qu’elle ne l’était en réalité. C’est ce que montre également le rapport actuel de la Cour des comptes fédérale.

BILD.de

BILD.de – Intensivbetten-Belegung – So falsch lag der ARD-„Faktenfuchs“
Temps de lecture: 1 minute.

Der Bayerische Rundfunk (BR) berichtete bereits Anfang Mai über Vorwürfe, Kliniken hätten mit Daten der Intensiv-Stationen getrickst – und stellte sie als Falschmeldungen von „Corona-Leugnern“ dar!

Début mai, la radio bavaroise (BR) a fait état d’allégations selon lesquelles des cliniques auraient triché avec les données des soins intensifs – et les a présentées comme de faux rapports émanant de “négationnistes de Corona” !

BILD.de

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *