Sras-CoV-2 – Le racket et la corruption sont à l’origine du déploiement du virus du Covid dont l’origine est humaine

Compte rendu de l’échange entre le Dr David E. Martin et le comité d’enquête Corona mené par Reiner Fuellmich.
Le Dr David E. Martin a retrouvé tous les brevets depuis 20 ans, prouvant la fabrication du Covid-19 et les preuves de son utilisation pour créer une fausse pandémie afin d’en tirer bénéfices.

Sott.net – Sras-CoV-2 — Le racket et la corruption sont à l’origine du déploiement du virus du Covid dont l’origine est humaine
Temps de lecture: 12-15 minutes.

La vidéo originale de l’échange entre le Docteur David E. Martin et le comité d’enquête Corona mené par Reiner Fuellmich (en anglais).

Odysee – Dr. David E. Martin | Sitzung 60: Die Zeit ist kein flacher Kreis
1 heure 50 minutes.

La version doublée en français.

InfoVF – REINER FUELLMISH : PANDEMIC FRAUD version intégrale 1h20
1 heure 20 minutes.


Nous avons hier présenté les preuves présentées par le Dr David Martin, dirigeant d’une société étatsunienne de surveillance des innovations en lien avec des intérêts financiers, preuves fournies le vendredi 9 juillet au Comité d’enquête international sur le coronavirus dirigé par l’Allemagne. Il a déclaré qu’un examen de plus de 4 000 brevets délivrés autour du coronavirus du Sras (syndrome respiratoire aigu sévère) avait conduit à la conclusion dramatique suivante : « Nous avons créé le Sras ».

Neville Hodgkinson, traduit par Sott.net

Il a affirmé que Moderna (à l’origine baptisée ModeRNA) avait reçu par transmission téléphonique — du centre de recherche sur les vaccins de l’Institut national des allergies et des maladies infectieuses — la séquence génétique de la protéine Spike qui constitue la base de son « vaccin » anti-Covid, avant même que la nouvelle sous-classe du virus ne soit définie. Le Dr David Martin s’interroge :

« Comment est-il possible de résoudre un problème avant même qu’il ne se pose ? »

Neville Hodgkinson, traduit par Sott.net

Selon le Dr David Martin, une autre date importante est celle du 5 juin 2008. C’est à peu près à ce moment-là que le programme de recherche avancée de la défense des États-Unis (le DARPA) s’est intéressé au coronavirus en tant qu’arme biologique. C’est également à cette date qu’une société pharmaceutique — qui fait aujourd’hui partie du géant Sanofi basé à Paris — a déposé une série de brevets visant des gènes qui, douze ans plus tard, seraient les [soi-disant – NdT] « nouvelles » caractéristiques du Sras-CoV-2 qui en font un risque pour la santé humaine.

Neville Hodgkinson, traduit par Sott.net

« Malheureusement, quand on considère réellement ce qu’ils déclarent être « nouveau », on constate que 73 brevets, délivrés entre 2008 et 2019, comportent les éléments prétendument nouveaux qui composent le Sras-CoV-2. Donc, il n’y a pas eu d’épidémie de Sras, parce que tous les éléments de ce virus ont été fabriqués par des êtres humains. »

Neville Hodgkinson, traduit par Sott.net

« il n’était pas seulement prêt à émerger chez les humains, il a été breveté pour une exploitation commerciale — 73 fois. Sur la base des séquences génétiques réelles, qui sont publiées dans le dossier de brevet, toute affirmation selon laquelle cet agent pathogène est en quelque sorte unique ou nouveau s’écroule. »

Neville Hodgkinson, traduit par Sott.net

Les chercheurs de l’université de Caroline du Nord à Chapel Hill (qui ont collaboré avec le laboratoire de Wuhan, en Chine, dans le cadre des travaux sur le « gain de fonction » du coronavirus), ainsi que l’Institut national des allergies et des maladies infectieuses et Moderna, ont commencé le séquençage d’un vaccin à base de protéine spike en novembre 2019, soit un mois avant que l’épidémie de Wuhan apparaisse.

Neville Hodgkinson, traduit par Sott.net

« Le fait de débattre pour savoir si nous disposons d’un « vaccin » contre un virus est une illusion dans laquelle nous continuons malheureusement à voir des personnes très bien intentionnées se laisser piéger. Le fait est que nous ne disposons pas d’un tel « vaccin ». Ce qui est injecté, c’est une séquence ARN de la protéine Spike, qui est elle-même une simulation informatique d’une séquence connue et brevetée depuis des années. Elle n’est pas d’origine naturelle.

Neville Hodgkinson, traduit par Sott.net

Il faut créer l’illusion d’une demande, et rien aujourd’hui ne saurait mieux créer l’illusion de cette demande que l’urgence d’un événement qui a été fabriqué.

Neville Hodgkinson, traduit par Sott.net

Related Posts

One thought on “Sras-CoV-2 – Le racket et la corruption sont à l’origine du déploiement du virus du Covid dont l’origine est humaine

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *