Une intéressante plongée dans le rejet de notre propre mortalité qui frappe nos civilisations modernes.Une problématique d’autant plus exacerbée que nous détruisons nos sociétés pour prolonger de quelques mois une vie de souffrance pour des personnes au seuil de la mort.L’humain, comme toute autre créature vivante est un être mortel. La “science” n’y changera rien.

Lire l'article