Du petit bobo au virus ravageur, les humains comme les animaux ont toujours cherché des solutions pour se soigner. Depuis la naissance de la Terre, la vie s’est propagée au fil du temps et la nature s’est dotée de remèdes qui ont guéri beaucoup de maux. Déjà à l’époque des hommes préhistoriques, la recherche de remèdes faisait partie de leurs préoccupations. D’après Pierre Thillaud, professeur d’histoire de la médecine, « Les maux dont souffraient nos ancêtres sont les mêmes que les nôtres » L’histoire de la pharmacie et des médicaments commence vers 8 500 avant notre ère, à l’époque Néolithique. À l’aide

Lire l'article

Un rappel, important, sur la réalité de toute cette “pandémie”, les tests PCR n’ont jamais fonctionné pour détecter le virus.Il est important de se souvenir, et surtout d’arrêter de regarder les chiffres en oubliant ce fait important. Les tests PCR ne fonctionnent pas, les chiffres des cas, quels qu’ils soient, n’ont aucune valeur !

Lire l'article

Alors que le contrôle du cerveau à distance est déjà une réalité de la science, ainsi que nous avons pu le voir avec The Guardian, et la conférence du Dr Charles Morgan, d’autres éléments viennent encore alourdir un tableau déjà sombre avec la découverte de l’usage, supposé, du graphène dans les injections géniques contre le covid.

Lire l'article

Compte rendu de l’échange entre le Dr David E. Martin et le comité d’enquête Corona mené par Reiner Fuellmich.Le Dr David E. Martin a retrouvé tous les brevets depuis 20 ans, prouvant la fabrication du Covid-19 et les preuves de son utilisation pour créer une fausse pandémie afin d’en tirer bénéfices.

Lire l'article

Après avoir annoncé l’arrivée iminente de ce type de loi, annonces moquées publiquement. La réalité s’impose face aux incrédules.La dictature sanitaire est en passe de devenir réalité en France. Le pays des droits de l’homme. Comme je l’ai déjà dit ici, Castex l’avait annoncé, trop tôt, en décembre dernier par son Projet de loi instituant un régime pérenne de gestion des urgences sanitaires. Le projet de loi revient aujourd’hui dans un climat beaucoup plus mûr.

Lire l'article